Objet dynamique vectoriel1
Objet dynamique vectoriel11
Objet dynamique vectoriel1
Objet dynamique vectoriel11
Objet dynamique vectoriel2
conseils-&-astuces 27/07/2019

Faire son compost soi-même en 3 étapes

Vous aimez jardiner ? Vous aurez besoin de fertiliser le sol. Exit les produits chimiques coûteux. Préférez le bio gratuit avec le compost fait maison. Découvrez le compostage domestique en 3 étapes.
compost fertilisant naturel

Rappel : qu’est-ce que le compost

Pour vous, les meubles de jardin ne suffisent aucunement à créer un bel espace extérieur. Il vous faut nécessairement un minimum de verdure. Pour prendre soin de vos plantes, pensez au compost. Il s’agit d’un fertilisant naturel, obtenu par la fermentation de matières organiques comme les déchets ménagers ou les résidus de jardinage. Faire son compost soi-même est aujourd’hui une pratique courante. Nul besoin d’être un chimiste chevronné pour transformer vos ordures en engrais bio. Il vous faut juste les techniques adaptées et une bonne dose de patience. Car pour se fermenter et se décomposer, les déchets ont besoin d’au moins 5 mois.

compost fertilisant naturel
contenant compost

Étape 1 : trouver ou fabriquer le contenant

Dans une poubelle de cuisine, il y a amplement de quoi faire son compost soi-même. Cependant, avant même de démarrer le processus, commencez par aménager, dans un coin de votre jardin, un espace pour réaliser le compostage domestique. Vous pouvez tout simplement creuser un trou et y entasser les déchets. Avec cette option, sachez que le compost sous-terrain se décompose plus lentement. Si vous êtes pressé, préférez la méthode aérienne. Il vous faut sans ce cas-là choisir un contenant comme un bac ou une caisse en bois pour placer toutes les matières organiques que vous utiliserez pour le compostage. Mieux encore, procurez-vous un composteur.

Découvrez nos contenants

Étape 2 : collecter les déchets

Pour faire son compost, la collecte de détritus est importante. Ce qu’il vous faut, ce sont les déchets organiques. Toute matière synthétique comme le plastique par exemple ou les mégots de cigarette sont à exclure. Bien qu’ils soient organiques, évitez également les carapaces et les coquilles de mollusques (huîtres, crabes, crevettes, coquilles Saint-Jacques, escargots…). Il en est de même pour les zestes d’agrumes qui mettent plus de temps à se décomposer. Ce qu’il vous faut ce sont les épluchures, les restes de fruits et légumes, les coquilles d’œufs, mais aussi le marc de café. Côté jardin, prenez tous les débris de plantes sauf ceux des conifères. Évitez également les déchets des végétaux traités chimiquement.

Étape 3 : engager et suivre le processus de compostage

Théoriquement, pour faire son compost, il suffirait de faire un tas de déchets et de les laisser se décomposer. En pratique, vous devrez faire attention à deux ou trois choses. À la composition du tas de déchets par exemple. Il est important de mélanger les déchets dits carbonés, 60 % du volume dans l’idéal (il s’agit des matières sèches ou brûlées, des feuilles mortes…), et les matières azotées (40 %) qui sont encore vertes ou non desséchées. Si vous ne disposez que des matières azotées, mettez des couches de journaux, de paille, de carton broyé ou de sciure pour remplacer les matières sèches. De préférence, broyez les déchets avant de les entasser. Cela permet d’accélérer le processus de compostage.

Merci

Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions.

Votre commentaire sera publié sous 48h. Bonne visite !

Objet dynamique vectoriel Laisser un commentaire

Vous n'avez pas rempli un des champs (*).
Pas de commentaire