Objet dynamique vectoriel1
Objet dynamique vectoriel11
Objet dynamique vectoriel1
Objet dynamique vectoriel11
Objet dynamique vectoriel2
inspirez-vous 24/01/2020

Découvrez pourquoi on fait des crêpes à la Chandeleur

Depuis toujours, on a de bonnes raisons de manger des crêpes ! De la Rome antique au monde paysan, entre traditions populaires, superstitions et rites chrétiens, découvrez pourquoi on fait des crêpes à la Chandeleur.
crepe chocolat banane chandeleur

Dans la Rome antique

Pour savoir pourquoi on fait des crêpes à la Chandeleur, il faut remonter aux origines de cette célébration, c’est-à-dire à l’époque romaine.

  • Dans la Rome antique, le 2 février était consacré à des festivités en l’honneur de Pan, le dieu des bergers qui faisait danser les nymphes au son de sa flûte.
  • La fête avait lieu de nuit, sous forme de défilés aux flambeaux, d’où son nom de festa candelarum, fête des chandelles.
  • Les Romains se régalaient alors de galettes de céréales, dont la forme ronde se reflète dans nos crêpes d’aujourd’hui. Toutefois, comme la poêle crêpière n’existait pas encore… on cuisait ces galettes sous la cendre, comme des pommes de terre !
crepe chocolat banane chandeleur

Dans le calendrier chrétien

Mais les festivités relatives au dieu Pan ne suffisent pas à expliquer pourquoi on fait des crêpes à la Chandeleur. En effet, cette tradition doit aussi énormément à une autre fête romaine, qui avait lieu vers mi-février : les Lupercales.

  • Cette pratique populaire se déroulait dans la grotte du Palatin où la louve avait allaité les jumeaux Romulus et Rémus, fondateurs de Rome, et consistait dans le sacrifice d’un bouc. Elle était un hommage à la vie et à l’amour.
  • Il était d’usage, en cette occasion, de confectionner des crêpes dont le mondain Apicius, réputé pour sa délicieuse cuisine, livra la recette à l’empereur Trajan : farine de blé, œufs, lait et fleur d’oranger. Rien de tel, en effet, qu’une crêpe ronde et dorée pour symboliser la fécondité.
  • À partir du Ve siècle apr. J.-C., sous l’impulsion du pape Gérase, cet événement païen devient une fête chrétienne qui commémore la présentation de l’Enfant Jésus au Temple et la purification de la Vierge.
  • Les chandelles remplacent alors les flambeaux, et les processions religieuses les défilés. À la fin de la journée, chaque participant rentre chez lui sa bougie de cire à la main, en prenant bien garde que la flamme ne s’éteigne pas.

Dans le cadre des pèlerinages

Pourquoi fait-on des crêpes à la Chandeleur ? Parce que dans la Rome chrétienne, le mois de février marquait à la fois l’arrivée des pèlerins venus célébrer la purification de Marie et le début des semis d’hiver. La farine en excès, mélangée à du lait et des œufs, servait à la confection de galettes aussi peu coûteuses qu’elles étaient délicieuses à manger. Servies chaudes sur ordre du pape à tous ceux qui, venus de loin, avaient fait un long voyage pour participer aux festivités religieuses romaines, les crêpes constituaient une gourmandise aussi accueillante que réconfortante, appréciée de tous. Ce n’est donc pas étonnant si cette tradition s’est perpétuée au fil des siècles…

Dans les campagnes

Parallèlement, dans les campagnes, le jour de la fête des Chandelles était également l’occasion de commémorer le retour de la lumière solaire, annonçant les futures moissons. Au-delà de la tradition religieuse, c’était donc aussi pour rendre hommage au cycle des saisons que les villageois avaient coutume de faire des crêpes à la Chandeleur.

  • Rondes et dorées au feu de bois, les crêpes étaient confectionnées à l’image du disque solaire, au moment de l’année où les journées commençaient à rallonger. Le printemps, synonyme de renouveau, n’était plus très loin.
  • Non seulement les crêpes avaient pour mission de rendre hommage au soleil, mais elles étaient également destinées à s’attirer ses bonnes grâces, en vue d’une récolte abondante. En effet, selon une superstition répandue, un agriculteur qui n’aurait pas fait pas de crêpes à la Chandeleur aurait risqué de devoir se passer de blé l’année suivante…

Dans les familles paysannes

Maintenant que vous savez pourquoi on fait des crêpes à la Chandeleur, vous allez découvrir pourquoi on les fait sauter !Cette tradition provient encore des familles paysannes, qui désiraient s’assurer à tout prix que les moissons seraient abondantes et les finances au beau fixe. Pour cela, il fallait suivre un rituel précis :

  • Retourner la toute première crêpe en la lançant de la main droite, tout en serrant un louis d’or dans la gauche. Pour être de bon augure, la crêpe devait ensuite retomber correctement dans la poêle.
  • Ensuite, enrouler la pièce d’or dans la crêpe et déposer le tout en haut de l’armoire de cuisine.
  • L’année suivante, le louis était offert à un pauvre et l’ancienne crêpe (ou ce qu’il en restait) était jetée et remplacée par la nouvelle.
  • La fortune de la famille était ainsi garantie d’une année sur l’autre.

De la Chandeleur au Mardi-Gras

Enfin, pourquoi refait-on des crêpes quelques jours après la Chandeleur, à l’occasion de Mardi-Gras ?

  • Alors que la Chandeleur, qui a lieu le 2 février, clôt le cycle de festivités de 40 jours liées à la Nativité (selon la tradition chrétienne), le Mardi-Gras, lui, marque l’entrée dans la période du carême, qui débute 40 jours avant Pâques.
  • Pendant ce laps de temps, il est d’usage de manger maigre, c’est-à-dire sans viande, mais surtout sans sucre ni beurre ni gourmandise d’aucune sorte… C’est ainsi que, pour se débarrasser de toutes les matières grasses qu’on gardait dans ses placards, on préparait des gâteaux juste avant de commencer à jeûner.
  • Or, rien de tel que des crêpes pour utiliser des restes de farine et de sucre et vider les derniers bocaux de de confiture. Et aussi pour se régaler et faire quelques réserves de douceurs avant de devoir y renoncer pour plusieurs semaines !
Merci

Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions.

Votre commentaire sera publié sous 48h. Bonne visite !

Objet dynamique vectoriel Laisser un commentaire

Vous n'avez pas rempli un des champs (*).
Pas de commentaire